Vous êtes ici

Profil de lilacgrace - Le Livre de Poche - Le Prix des lecteurs

Mon espace personnel

Horizontal Tabs

Son carnet de lecture

Son carnet de lecture

Eric-Emmanuel Schmitt
Milarepa
[9782253174141]
Lu
Ses avis

Ses avis

Dès la première phrase j’ai été conquise, il faut dire que je la trouve puissante et pleine de promesse : " La guerre essaya de nous tuer durant le printemps", le ton est donné et je m’incline. Pourtant, je n’aime en général ni les livres ni les films de guerre, mais là j’ai eu un coup de coeur, un gros, très gros coup de coeur. C’est une histoire simple, un schéma déjà vu mais jamais traité avec cette force, cette beauté et cette tristesse aussi. C’est une écriture épurée et un récit réaliste avec pour thème principal la guerre en Irak. Les doutes, les peurs, le manque de la famille, le patriotisme, les peines des soldats sont disséqués et traités de main de maître par l’auteur. Il y a une telle maîtrise dans l’écriture que l’on a peine à croire que c’est un premier roman. C’est sans concession que l’on découvre les manoeuvres des Etats-Unis pour convaincre des jeunes gens pas préparés psychologiquement et physiquement à faire la guerre : promesse de papiers , études, reconnaissance, famille protégée. On arrive à comprendre certaines attitudes, certains gestes que nous n’acceptons pas en tant que civils. C’est vraiment poignant, j’ai été tour à tour écoeurée, révoltée, compatissante, triste. Vous l’aurez compris lire Yellow Birds c’est passer par une large palette d’émotions. Il n’y a pas d’espoir dans ce récit , que l’on en revienne ou que l’on en meure la guerre détruit tout sur son passage. Ceux qui en reviennent ne sont pas à envier tant ils sont atteints psychologiquement. Une histoire touchante et cruelle à la fois j’ai été touchée en plein coeur. A lire absolument, ne passez surtout pas à coté. A faire lire aussi aux collégiens et lycéens. Un grand, très grand premier roman.
C’est un livre plaisant et poétique que je n’aurai probablement pas eu l’idée de lire sans la sélection du prix des lecteurs et je serais passée à coté de quelques choses. J’ai vraiment contre toute attente aimé ce roman positif, bucolique et contemplatif. Un beau voyage à travers les paysages méconnus de la France, des rencontres fantastiques, des monuments et des sites chargés d’histoire. C’est un livre qu’il n’est pas nécessaire de lire en une fois on peut le lire par petites touches pour méditer, voyager, se sentir un peu en vacances. Il apporte une touche de poésie à tout et magnifie les lieux qu’il visite, on est très loin des clichés journalistiques qui salissent tout ou presque. Ce livre donne envie de faire des balades, de prendre le temps, le temps pour soi, pour les autres, le temps de faire des rencontres, le temps de se poser, le temps d’observer. On parle toujours de la Seine, mais la Marne vaut le détour. Je n’avais jamais lu de livre de cet auteur, par peur de m’ennuyer en lisant des récits de voyages trop terre à terre, mais je vais me laisser tenter par d’autres. J’ai aimé voyager avec lui et son sac à dos. VERDICT Pour les fans de géographie, de voyages, de marche et de nature, mais aussi pour tout ceux qui veulent se reposer, souffler.
Une lecture détente, plaisante. Le roman est truffé de bons mots, de belles tournures et d'humour. Une lecture parfaite pour égayer un voyage ou un weekend pluvieux. Le personnage amoureux transi de Proust est très attachant et il est aisé de l'imaginer tant la plume de Michael Uras est légère et précise. C'est un de ces romans que l'on lit d'un trait tant les rebondissements et les événements de la vie du protagoniste sont entraînants et bien trouvés. Une manière très sympathique de découvrir Proust ou de nous donner envie de le redécouvrir. j'ai aimé le réalisme et l'humour qui se dégageait de ce petit roman, j'ai aimé aussi les questionnements qui vont avec la vie de Jacques Bartel sur la mort, sa place sur Terre, l'amour tout ce qui fait la vie. Une lecture idéale pour l'été sur la plage, sur un transat.
Bien que le sujet ai été traité de bien des manières j’ai vraiment aimé ce livre. C’est un véritable tableau historique que nous dépeints l’auteur, il le fait avec habileté, sensibilité et efficacité. Une écriture qui ne laisse pas indifférent, précise, enlevée. Un héros plutôt anti-héros un brin pathétique, des personnages passionnants qui viennent parsemer ce roman : Cocteau, Marais, Céline, Denoël, Gallimard… J’ai aimé l’aspect psychologique et le suspens que l’auteur sait garder intact jusqu’au bout. Les deux frères complètement différents l’un de l’autre mais qui s’adorent sont vraiment bien analysés et bien dépeints. Il est très difficile de justifier l’injustifiable, d’expliquer l’inexplicable et pourtant c’est avec brio que l’auteur y parvient. Il arrive à faire un roman humain sur cette période difficile de l’humanité et ce n’était pas gagné. Ce n’est pas ma période de l’histoire préférée et je commence un peu à saturer des histoires de guerre mais là j’ai été scotchée et je l’ai lu en deux fois. Un super bon roman qui se lit facilement et qui reste en tête . Je l’ai trouvé très réussi et j’admire la fin digne d’un bon polar. Je conseille vivement ce livre qui peut convenir à tout les lecteurs. C’est vraiment une belle découverte et il mérite d’être lu.
Dès la première phrase j’ai été conquise, il faut dire que je la trouve puissante et pleine de promesse : " La guerre essaya de nous tuer durant le printemps", le ton est donné et je m’incline. Pourtant, je n’aime en général ni les livres ni les films de guerre, mais là j’ai eu un coup de coeur, un gros, très gros coup de coeur. C’est une histoire simple, un schéma déjà vu mais jamais traité avec cette force, cette beauté et cette tristesse aussi. C’est une écriture épurée et un récit réaliste avec pour thème principal la guerre en Irak. Les doutes, les peurs, le manque de la famille, le patriotisme, les peines des soldats sont disséqués et traités de main de maître par l’auteur. Il y a une telle maîtrise dans l’écriture que l’on a peine à croire que c’est un premier roman. C’est sans concession que l’on découvre les manoeuvres des Etats-Unis pour convaincre des jeunes gens pas préparés psychologiquement et physiquement à faire la guerre : promesse de papiers , études, reconnaissance, famille protégée. On arrive à comprendre certaines attitudes, certains gestes que nous n’acceptons pas en tant que civils. C’est vraiment poignant, j’ai été tour à tour écoeurée, révoltée, compatissante, triste. Vous l’aurez compris lire Yellow Birds c’est passer par une large palette d’émotions. Il n’y a pas d’espoir dans ce récit , que l’on en revienne ou que l’on en meure la guerre détruit tout sur son passage. Ceux qui en reviennent ne sont pas à envier tant ils sont atteints psychologiquement. Une histoire touchante et cruelle à la fois j’ai été touchée en plein coeur. VERDICT A lire absolument, ne passez surtout pas à coté. A faire lire aussi aux collégiens et lycéens. Un grand, très grand premier roman.
J’ai vraiment aimé ce livre car c’est une autobiographie et l’auteur nous raconte ce qu’elle a vécu, cela apporte de la force aux mots et du poids aux événements. J’ai aussi aimé découvrir l’histoire de l’intérieur d’un pays que finalement je ne connaissais pas bien. Elle mêle histoire personnel, faits politiques et historiques. On sort de cette lecture avec une vision plus claire de ce qu’est le Liberia. Coup d’état, guerre civile, esclavage. C’est très bien écrit, il y a du rythme , l’auteur ne fait aucune concession et nous livre l’histoire du Liberia à travers sa propre histoire. On découvre une situation complexe. J’ai vraiment été touchée par ces destins et les mots de l’auteur m’ont émue. Néanmoins, on peut être un peu surpris par le choix de l’auteur de reprendre des expressions propres aux habitants du Liberia. Mais, on s’y habitue vite et on y fait plus attention tant on est pris dans l’histoire. Cela ajoute à l’authenticité du récit. Le livre est scindé en deux parties : la première se déroule au Liberia et la seconde aux Etats-Unis. On ne peut pas rester indifférents aux événements cruels de cette période. On suit alors impuissant les destins de ces deux soeurs une restée dans ce pays vivant l’horreur et se battant pour survivre et l’autre partie aux Etats-Unis pour y devenir journaliste. J’ai apprécié aussi la pudeur de l’auteur, on ne tombe pas dans le pathos, les événements se suffisent à eux mêmes et c’est très bien comme ça. C’est émouvant, et elle nous tiens avec ses descriptions des personnes, des paysages et des odeurs de son pays. C’est un livre puissant et un vibrant hommage à son pays qu’Hélène Cooper rend à son pays. VERDICT A lire d’urgence c’est vraiment un très bon livre. Je le conseille et pas seulement aux adultes je pense que des ados peuvent le lire sans problème.
_________ Ce roman ne laisse pas indifférent tant il pose des questions actuelles et tant elle traite d’un sujet qui n’est pas si éloigné de ce qui nous attend à force de vivre dans une société complètement déshumanisée où il faut être productif avant tout et avoir de l’argent. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser au film Soleil vert par certains aspects bien que ça ne soit en rien une copie. En effet, il nous fait réfléchir sur notre société de consommation à outrance où tout est jetable. Doit-on rentabiliser jusqu’à notre droit à vivre ? Y a t' il vraiment des gens utiles et d'autres qui ne le sont pas ou plus ? C’est horrible !!! De quel droit peut-on décider qui est utile qui ne l’est pas ? Pourquoi les personnes seules seraient moins favorisées et même sacrifiées pour les autres ? Dorritt est un personnage auquel je me suis attachée j’ai pleuré, espéré, j’ai été révoltée pour elle. J'ai été triste de la quitter à la fin du livre, comme on quitte un ami. On arrive aisément à se mettre à la place des personnages et ils sont bien brossés et ont tous leurs caractéristiques propres, leur histoire. L’écriture de l’auteur est fluide et habile, sans effet superflu, il faut dire que l’histoire se suffit à elle-même. C’est un thème qui n’a jamais été traité de cette manière. On oscille du début à la fin entre espoir et désespoir, entre tendresse et haine, entre joie et colère. Je sens que ce livre va me rester longtemps en tête et je vais le conseiller autour de moi.